Vous venez d'avoir votre chiot et vous connaissez à peu près son caractère grâce à son éleveur. Mais il ne tient qu'à vous de le modifier en bien ou en mal. En effet, un chiot est malléable et va adapter son caractère en fonction des données qui lui sont offertes.

 Le chien est un animal de meute, il a donc besoin d'un chef: c'est vital pour son équilibre.

 

Dominant ou  Dominé 

Dans la nature, le chef est celui qui prend les décisions, montre le chemin, assure la survie du groupe et fait régner l'ordre de façon juste et autoritaire. On doit lui obéir sous peine de représailles plus ou moins sévères. Le chien n'étant plus dans une meute de canidés doit trouver son chef parmi sa "meute" humaine, c'est pourquoi les premiers jours suivants l'arrivée du chiot sont capitaux, celui-ci va savoir d'instinct qui doit être écouté (par forcément celui qui donne à manger) et avec qui on peut jouer (pas toujours celui qu'on croit!) .

 

Beaucoup de personnes se rebutent lorsqu'on parle de cette "dominance" que l'on doit exercer sur son chien en nous disant qu'on ne vit pas dans un régime militaire. Je suis désolée de les contredire mais avant, le BBS et les autres chiens bien sûr, n'avaient qu'une fonction utilitaire de garde du troupeau: tu travailles = tu manges.

A notre époque, nos compagnons (dans leur grande majorité) n'ont plus qu'un rôle de compagnie c'est à dire qu'ils ne servent plus qu'à devenir le petit dernier de la famille avec tous les sentiments humains qui vont avec (anthropomorphisme ).

Or on a tout faux : autant on ne prendra pas notre enfant pour un chien autant l'inverse est vrai, ce n'est pas du tout péjoratif. Un chien, quelqu'il soit, reste un canidé qui a besoin d'un certain cadre de vie pour s'épanouir et ce cadre comprend un chef, tout simplement. Cette place de chef sera plus ou moins disputée selon que l'on affaire à un chiot dominé ou dominant de nature.

 

 Le chiot dominant

essaiera d'en faire à sa tête pour mettre à l'épreuve la force de caractère de son entourage. Il faut alors être patient et montrer le bon code de conduite de façon claire et autoritaire mais jamais brutale. Si les réprimandes sont disproportionnées par rapport à la bêtise ou à l'âge du chiot, celui-ci va perdre sa confiance et éventuellement devenir méfiant ou hargneux . Si le chiot vous montre sa soumission en se plaçant sur le dos ou en baissant la tête, la punition doit être immédiatement arrêtée.

 

En langage canin, ça donne le dialogue suivant :

BB =" ça va, j'ai compris, j'ai été trop loin, je le reconnais" -

Maître =" d'accord, j'accepte tes excuses, allez on fait la paix".

Mais on ne caresse jamais un chiot qui vient de reconnaître une erreur, s'il se soumet, c'est tout à fait normal et ce n'est donc pas la peine de le récompenser. Il vaut mieux clore le " débat" en vous retournant fièrement. Par contre, vous pouvez jouer avec lui 5 minutes plus tard, tout doit être oublié le style " je ne t'aime plus parce que tu as creusé un trou ce matin" est incompréhensible en langage canin !!

 

Avec un BBS dominant, l'astuce est de se montrer plus têtu que lui :

- il ne veut pas revenir au rappel, eh bien, on ne l'appelle plus à l'extérieur mais dans la journée, à la maison, on le fait venir 50.000 fois en lui donnant à chaque fois un mini bout de et une séance de grattouilles. Comme par hasard, 2 jours plus tard, le rappel est presque immédiat !! Ensuite, ne pas oublier, comme à la maison, le et les bonnes grosses grattouilles. Vous devez absolument faire passer le message : " je suis très heureux de ta présence à mes côtés".

- il tire sur sa laisse : on laisse tomber les grandes promenades, on les remplace par des mini sorties de 5 minutes. On met la laisse, on donne un bout de . On enlève la laisse, le chiot gambade, on le rappelle presque aussitôt , on le rattache en le tenant au pied et en donnant du . Notre gros gourmand va regarder la main et rester au pied naturellement.

 

Vous aurez, en principe, deux périodes de " rébellion" : vers 8 / 9 mois et vers 14 / 15 mois pour certains mâles. Il faudra alors être ferme et forcer un peu sur l'obéissance pour établir définitivement la hiérarchie.

Lorsque j'ai à faire face à quelques crises existentielles entre mes boubous ( surtout en période de chaleurs pour mes nanas), je prends l'exemple de leur mère quand elles étaient chiots : je les mets sur le dos et me penche sur elles de façon très autoritaire jusqu'à ce qu'elles se calment. Je me retourne alors sans un mot.

 Principaux signes de dominance :

 Mange le premier ( si vous avez plusieurs chiens) et lentement,

 dort où il veut même dans des endroits réservés au maître

 reçoit des caresses à sa demande, aboie pour qu'on lui ouvre la porte

 ne se met jamais en position couchée sur le dos sauf pour recevoir des caresses

 décide de l'heure de la promenade ou des jeux

 après une agressivité, lèche la main, ( eh non, il ne vient pas se faire pardonner !)

 irritabilité,

 les ordres ne sont obéis que s'il y a récompense

 accepte difficilement les "étrangers" à la maison

 cherche délibérément votre visage pour vous lécher

 entre en contact avec la tête, le garrot ou la région lombaire d'un congénère

   Attention, les dominants sont souvent fin psychologues et peuvent adopter des postures de soumissions pour mieux nous narguer. C'est l'exemple typique du chien qui ne revient pas au rappel mais se roule par terre en faisant mine de jouer: dans la majorité des cas, on se met à rire devant ce clown et on va le chercher pour continuer le jeu - il a gagné puisque c'est vous qui allez le voir !-

 

le chiot dominé :

Avec lui, l'éducation sera facilitée par le fait que d'instinct votre bébé ne remettra jamais en question votre autorité. Les bêtises éventuelles seront sanctionnées en douceur uniquement à la voix car il ne faut surtout pas perdre la confiance qu'il a en vous sous peine de le voir devenir craintif.

 

En principe, un BBS équilibré et bien élevé ne refait une bêtise que deux fois. S'il continue, c'est que le "NON" n'a pas été assez convaincant ou qu'il fait partie de la catégorie dominant.

Ne laissez pas votre chiot quémander sans arrêt des caresses, repoussez le fermement de temps en temps et occupez vous de lui lorsque vous l'avez décidé. En répondant à chacune de ses demandes, vous obéissez à ses ordres et le rendez dominant.

Le chien dominé va chercher à se frotter contre l'autre, à lui lécher ou mordiller l'encolure. En règle générale, si vous voyez que votre chiot a tendance à n'en faire qu'à sa tête, prenez l'habitude de le mettre régulièrement sur le dos. Lors de jeux, du toilettage ou de séances de grattouilles, retournez le et tenez le fermement jusqu'au relâchement complet des muscles. C'est une bonne manière, douce et régulière d'avoir toujours le contrôle de l'ascendant sur votre chouchou.

 

Petit encarté spécial sexualité

 Nous avons parfois des appels de personnes se plaignant du comportement sexuel très débridé de leur chouchou. Monsieur se met à monter sur tout ce qui bouge en particulier les jambes d'un de ses maîtres ou même se sert des invités pour assouvir son désir d'accouplement virtuel. Et très souvent dans la conversation, on se rend compte que Don Juan sait à peine marcher en laisse, qu'il fait le "assis' quand il en a envie et que c'est même pas la peine de parler du rappel !

Alors avant de dépenser une fortune en calmant en tout genre ou même en castration ( qui serait de toute façon inutile), mieux vaut reprendre la laisse, le collier, 10 minutes par jour et en avant pour des séances d'éducation renforcée. Et vous verrez que "miraculeusement", plus votre chouchou redeviendra un chien obéissant, moins il aura envie de prouver sa dominance.

 

Retour accueil

Retour conseils

  Conception et management par indgeldesign © 2004-2011 INDGELDESIGN